La dégustation du café

La préparation du café

Le café peut être préparé de différentes manières, la plus courante jusqu’à l’arrivée des machines à dosettes était la lixiviation : l’eau est chauffée par la cafetière et passe dans un filtre où se trouve le café moulu. A l’ époque on utilisait une chaussette en guise de filtre ce qui explique que le café soit parfois nommé ” jus de chaussette”.

Avec l’utilisation d’une cafetière à piston, on obtient ce que l’on appelle une infusion, on mélange le café moulu avec de l’eau chaude dans le corps de la cafetière qui sont ensuite séparé à l’aide du piston qui isole le marc au fond de la cafetière. Pour acheter une cafetière à piston, cliquez ici

Les cafetières italiennes utilisent quand à elle le procédé de percolation. Une partie de l’eau chauffée dans un vase clos s’évapore sous forme de vapeur ce qui présurise la cuve et fait remonter l’eau liquide dans la cheminée, celle-ci traverse le café qui est dans la verseuse sous forme de café ( système de la cafetière Moka italienne ). Pour acheter une cafetière Moka, cliquez ici

Quand à la percolation sous haute pression on parle d’expresso ( qui en italien signifie extrait par pression ). On la retrouve dans les machines à café Nespresso, Dolce Gusto ou encore Senseo. Cette méthode est la plus rapide pour obtenir du café.

Les recettes à base de café

La consommation peut se faire de différentes manières, les plus répandu sont l’expresso et le café allongé mais il en existe bien d’autres.

Le café latte : il résulte du mélange à parties égales de lait mousseux et de café.

Le café crème : on ajoute au café un nuage de lait et parfois de crème fraîche.

Le café latte macchiato : on ajoute au café du lait ainsi que de la mousse de lait en quantité plus importante que dans le café latte.

Le cappuccino : Café avec un tiers de lait et un tiers de mousse de lait, parfois saupoudré de poudre de cacao.

La noisette : on ajoute de la mousse de lait à un expresso.

L’Irish coffee : on ajoute un tiers de wisky chaud et de la crème chantilly.

Le café Viennois : on ajoute au café allongé un peu de mousse de lait chaud ainsi que de la crème fouettée, parsemé de poudre de cacao ou de copeaux de chocolat.

Cependant il éxiste également des recettes froides

Le café frappé : Un café refroidit au shaker et aromatisé au sirop d’orgeat.

Le café liègeois : on ajoute au café de la glace à la vanille et de la chantilly.

Sachez que la liste n’est pas exhaustive et que vous pouvez laisser aller votre immagination, tout est affaire de goût, certains l’arômatise aux épices  ( café Touba ) au Cognac ( Brûlot charentais ) ou encore y ajoute de la cannelle, de la noix de muscade ou de la cardamone.

Le café ayant une saveur forte et amer, c’est un goût qui se cultive et qui s’apprend avec l’expérience.